Partir en Thaïlande en basse saison : avantages et inconvéniants

Avant de se lancer dans une analyse de la basse saison en Thaïlande, il serait peut-être bon de la définir dans le temps. Sur la question chacun y va de sa petite appréciation car, en réalité, personne n’a la moindre idée de la véritable période de l’année sur laquelle elle s’étend.

De façon partiale, je divise pour ma part l’année touristique en Thaïlande en trois parties (certains ne seront pas d’accord à un mois près et je les comprends):

  • Le pic de la saison haute saison: Cette période s’étend en gros de Décembre à Janvier. En terme de prix, c’est la fête du slip avec des hôtels qui prennent jusqu’à 100% de leur valeur standard. Normal me direz-vous puisque c’est le rush des vacances de fin d’année (Noël + Nouvel An) et une occasion pour les entrepreneurs locaux de faire une bonne partie de leur chiffre d’affaires annuel.
  • La haute saison: Elle s’étend en gros d’Octobre à Avril. C’est la période la plus prisée pour visiter la Thaïlande car le climat est alors idéal et les pluies rares. Bien entendu les prestations touristiques en tout genre coûtent alors plus qu’en basse saison et les touristes sont alors nombreux, voire très nombreux.
  • La basse saison: Elle s’étend grosso modo de Mai à Septembre. La Thaïlande travers alors une période de forte chaleur suivie d’une période de pluie intense, la mousson. C’est cette partie de l’année qui va faire l’objet de cet article.

Encore une fois, rappelons que les limites entre toutes ces périodes sont floues.

Les avantages de la basse saison en Thaïlande

  • Des prix canons en particulier dans les zones touristiques populaires. C’est vraiment la période de l’année idéale pour voyager à petit prix et faire des affaires.
  • Il y a beaucoup moins de touristes et l’ambiance en est d’autant plus relax. Si vous voulez avoir les plages rien que pour vous et ne pas avoir à faire d’éventuelles réservations pour telle ou telle activité, pas de doute: il faut partir en basse saison.
  • L’organisation est grandement simplifier. La plupart des hôtels ont des chambres libres pour le soir même donc, si vous n’avez pas réservé à l’avance, pas de soucis. De plus, il est beaucoup facile d’obtenir des billets de bus ou d’avion (vols domestiques) pour se rendre aux quatre coins du pays: là encore il y a toujours de la place en dernière minute et les prix sont très avantageux.
  • De nombreux festivals très intéressants se tiennent durant la basse saison. Le plus populaire est bien évidemment Songkran, le Nouvel An thaïlandais, durant lequel toute la Thaïlande participe à une méga bataille d’eau durant trois jours de fête débridée. Rien que pour cela, il faut partir en basse saison !
  • Si vous aimez les croisières sur les fleuves alors vous serez comblé. Comme les eaux sont plus élevées, les virées fluviales sont d’autant plus agréables. Cela est globalement vrai pour toutes les activités nécessitant un cours d’eau douce (rafting, kayaking, etc…).
  • Les pluies quotidiennes rendent la nature d’une beauté incroyable avec des couleurs très intenses. Je me rappellerai toute ma vie des champs de riz d’Isaan à cette époque de l’année: leur vert était d’une profondeur et d’une puissance incomparables. Pour les amoureux de la nature, la basse saison est une option à sérieusement considérer.
  • C’est à cette période de l’année que les Thaïlandais sont les plus cools. Les Siamois aiment la vie relax et la haute saison a tendance à les stresser: plein d’étrangers, une constante sollicitation du cerveau pour comprendre des accents anglais tous très différents, de nombreuses tensions avec des visiteurs parfois assez peu courtois, etc… En basse saison, ils sont « sabai sabai » comme on dit.

Les inconvénients de la basse saison en Thaïlande

  • Durant la saison des pluies, vous avez un sérieux risque de précipitations quotidiennes. Le soleil ne disparait qu’un laps de temps relativement court mais, durant les averses, la pluie tombe massivement et, si vous n’arrivez pas à trouver un abri très rapidement, vous serez trempé jusqu’aux eaux en 30 secondes chrono.
  • La basse saison est aussi une période durant laquelle un certain nombre de services touristiques ne sont pas opérationnels. Par exemple, il y a beaucoup moins de bateaux pour se rendre sur les îles. De plus, il n’est pas exclu que vous soyez contraint d’embarquer durant une tempête et une traversée dans ces conditions n’est pas forcément très plaisante (préparez les sacs plastiques).
  • Si le festival de Songkran est un grand moment de délire, il faut savoir que la période en question (mi-Avril) est aussi un cauchemar en terme de circulation routière car tous les Thaïlandais repartent dans leur famille au même moment. Durant les trois jours de fête, les routes sont particulièrement meurtrières notamment à cause d’une consommation excessive d’alcool.
  • Certains types de tourisme peuvent être affectés par les conditions climatiques de la basse saison. Ainsi plonger dans une mer agitée peut vite se transformer en galère. Réfléchissez donc bien aux activités que vous souhaitez entreprendre avant d’organiser un séjour durant cette période de l’année.
  • Entre Mars et Juin, la Thaïlande connait son pic de chaleur. Si vous débarquez durant cette période et que vous êtes sensible aux températures élevées, vous risquez de ne pas supporter et de passer vos vacances dans votre hôtel avec l’air conditionné à fond les ballons.
  • Enfin, le dernier point mais pas des moindres est que, durant la saison des pluies, la Thaïlande connait des inondations parfois très violentes dans certaines zones bénéficiant d’une mauvaise infrastructure et de systèmes d’évacuation des eaux déficients.

Conclusion : faut-il partir pendant la basse saison en Thaïlande ?

La basse saison en Thaïlande peut être une sacrée aubaine pour ceux qui savent exactement ce qu’ils souhaitent faire et où. Malgré un climat pas toujours très clément, notamment à Phuket, cette période de l’année bénéficie d’atouts certains pour séduire les touristes qui souhaitent ne pas se ruiner et profiter en paix en contre-partie de quelques concessions ponctuelles. L’essentiel alors est de bien préparer son itinéraire pour éviter les zones à risque et, une fois sur place, ce ne sera que du bonheur !